Je rentre chez moi. Je croise quelques personnes illuminées par les néons agressifs d'une bouche de métro, laissant ce qui est autour plongé dans le noir. Nous sommes tous isolés mais pas seuls. L'attente est longue, le froid se fait sentir.